Équilibre entre vies privée et professionnelle

A l’heure actuelle, nous nous investissons dans notre travail chaque jour, en espérant atteindre certains objectifs et offrir un certain niveau de performance. Mais beaucoup considèrent, à bien des égards, que l’équilibre entre la vie professionnelle et la vie personnelle est essentiel au bien-être de chacun. Et pour cause, puisqu’un bon équilibre entre ces différentes facettes de notre vie nous permet de nous ressourcer ; à l’inverse, l’interface travail-famille, lorsqu’elle ne respecte pas les besoins du salariés, risque d’entraîner un profond mal-être. En effet, de nombreuses recherches se penchent sur la question de cet équilibre au quotidien, faisant de cette problématique un enjeu de santé publique[1].

 

De plus en plus d’entreprises prennent en considération cette interface entre travail et famille. En effet, il a largement été démontré qu’un mauvais équilibre entre vies professionnelle et personnelle avait un impact sur le bien-être des salariés, mais aussi sur les performances de l’entreprise. Plus précisément, « les contraintes liées à l’articulation entre les vies privée et professionnelle ne sont pas sans conséquences sur le niveau de stress perçu, la satisfaction ou encore l’implication vis-à-vis de l’organisation »[2]. Ainsi, le fait de ne pas pouvoir équilibrer ses différentes sphères de vie risque d’entraîner un certain mal-être chez les salariés (stress perçu, mauvais état de santé), ainsi qu’une baisse de la performance (à travers une diminution de la motivation, de la satisfaction au travail ou de l’implication des salariés). En outre, lorsqu’il y a conflit entre vie privée et vie professionnelle, on observe que les salariés perçoivent davantage les stresseurs relatifs à ces deux sphères.

Mais la gestion des vies privée et professionnelle est plus que délicate, dans la mesure où l’une et l’autre s’influencent mutuellement. Nous avons tous déjà fait l’observation de ce(tte) salarié(e), arrivant au travail fatigué(e), triste ou en colère, en raison d’un souci personnel. Nous ne sommes pas non plus sans connaître l’impact du travail sur nos humeurs, même une fois en dehors du contexte professionnel. Par conséquent, lorsque l’on s’intéresse à l’équilibre entre nos vies personnelle et professionnelle, il convient de s’intéresser à quatre dimensions :

  • les effets négatifs de la vie au travail sur la vie privée, c’est-à-dire difficilement gérer ses impératifs personnels à cause de son travail
  • les effets négatifs de la vie privée sur la vie au travail, lorsque par exemple des problèmes personnels préoccupent le salarié lors de ses temps de travail
  • les effets positifs de la vie au travail sur la vie privée, lorsque le travail finit par enrichir la vie personnelle du salarié
  • les effets positifs de la vie privée sur la vie au travail, dans la mesure où l’épanouissement personnel permet également au salarié de mieux travailler

 

Pour toutes ces raisons, il convient de s’intéresser à l’équilibre des vies, pour un plus grand bien-être au quotidien, tant personnel que professionnel. C’est ce bien-être et les facteurs qui l’induisent, qu’aborde KEY TO BE, parcours de formation proposé par BEST OF TRAINING. Au sein du Château de Chargé, ce cadre si particulier, propice à la réflexion et à la détente, vous permettra justement de méditer sur toutes ces notions d’équilibre et de bien-être.

 

 

[1] Lourel, M, Gana, K., & Wawrzyniak, S. (2005). L’interface « vie privée–vie au travail » : adaptation et validation française de l’échelle SWING (survey work–home interaction-Nijmegen). Psychologie du travail et des organisations, 11, 227-239.

[2] Lourel, M, & Guégen, N. (2007). L’interface “vie privée – vie au travail” Effets sur l’implication organisationnelle et sur le stress perçu. Les Cahiers Internationaux de Psychologie Sociale, 74, 49-58.

Articles recommandés

Ajouter un commentaire