Le Bien-Être au Travail

Veiller au bien-être au travail de ses collaborateurs, un enjeu salutogène au sein des organisations

Le bien-être au travail est une notion à laquelle nous avons de plus en plus recours au sein des organisations. Or, s’il s’agit d’un élément clé en ce qui concerne l’épanouissement professionnel de tout individu, et installer une salle de massages ou un baby-foot n’est pas suffisant. Bien que cela puisse y contribuer pour un petit nombre de salariés, la majeure partie d’entre eux attendent autre chose. Un environnement de travail sain, où il fait « bon vivre », sans qu’il soit nécessairement question de matériel.

fotolia_66896072_s-300x200

C’est pour cette raison qu’il est indispensable de comprendre ce qui se cache derrière la notion de « bien-être au travail ». Récemment, nombre de scientifiques et praticiens spécialisés dans le domaine de la santé au travail se sont penchés sur cette thématique, qui a l’avantage d’attribuer une valeur positive au travail. En effet, il ne s’agit plus seulement de limiter les risques psychosociaux ou autre facteur pathogène pour le salarié, mais de mettre en place un environnement de travail qui favorise le bien-être.

Déjà en 1946, l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) définissait la santé comme « un état de complet bien-être physique, mental et social, et ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d’infirmité » . Depuis, il a été nécessaire de conceptualiser concrètement la notion de bien-être, notamment en milieu professionnel. Ainsi, nous pouvons distinguer deux façons d’appréhender le bien-être au travail.

 

  1. Le bien-être psychologique, appelé aussi eudémonique: il correspond à la possibilité de se réaliser soi grâce à des activités ou l’atteinte de certains objectifs. Il s’appuie sur une conception philosophique de l’Antiquité grecque, selon laquelle l’eudémonie se traduit par la réalisation de soi ou le fonctionnement psychologique optimal.
  2. Le bien-être subjectif, appelé aussi hédonique: il est considéré que « les gens ressentent un bien-être subjectif abondant lorsqu’ils ressentent de nombreuses émotions positives et peu d’émotions négatives, quand ils sont engagés dans des activités intéressantes, lorsqu’ils expérimentent beaucoup de plaisirs et peu de douleurs et enfin lorsqu’ils sont satisfaits de leur vie » [1]. Autrement dit, il y a bien-être lorsque l’individu éprouve davantage d’affects agréables que désagréables, tout en étant personnellement satisfait de sa vie.

 

Cependant, si beaucoup choisissent l’une ou l’autre de ces conceptions du bien-être, notamment en milieu professionnel, il semble aujourd’hui nécessaire de les considérer non plus en opposition, mais comme complémentaires. Aussi, l’atteinte d’objectifs professionnels, se réaliser en tant que personne, et être satisfait de sa vie, sont autant d’éléments à prendre en considération lorsque l’on s’interroge sur le bien-être de ses salariés.

De fait, la santé au travail relève actuellement d’un double objectif : celui de limiter les situations de travail pathogènes, et favoriser un environnement de travail propice au bien-être au regard de ces deux orientations définitoires. C’est dans cette lignée que s’inscrit le parcours de formation KEY TO BE, proposé par BEST OF TRAINING au sein du Château de Chargé : apprendre à gérer les risques psychosociaux, et favoriser le bien-être de chacun au sein des organisations de travail grâce à des actions concrètes et au partage des comportements professionnels adéquats.

 

Et si vous souhaitez vous informer sur le bien-être au travail et les valeurs positives qu’une telle thématique véhicule : « Management des risques psychosociaux : une perspective en termes de bien-être au travail et de valorisation des espaces de discussion » (Richard, 2012).

 

[1] Diener, E., Sapyta, J.J., Suh, E. (1998). Subjective well-being is essential to well-being. Psychological Inquiry, 9, 33-37.

Articles recommandés
Commentaires
pingbacks / trackbacks
  • […] des facteurs susceptibles d’avoir un impact sur les conditions de travail du salarié et son bien-être. La plus connue d’entre elles reste le burn-out, malgré une conception assez confuse en raison […]

Ajouter un commentaire