Les Facteurs de Risques Psychosociaux

Comme expliqué dans notre précédent article sur les Risques Psychosociaux, le stress et les violences liés au travail sont la résultante de multiples facteurs relatifs à l’environnement de travail. Selon l’INRS (2013), on peut en dénombrer six grandes familles, sur lesquelles il est possible d’agir, en tant que cadre ou dirigeant, afin de limiter l’apparition et la prégnance des RPS.

Quelles sont-elles ?

 

 

L’intensité et le temps de travail

Ils renvoient aux diverses exigences et contraintes liées au travail. Il peut s’agir du rythme de travail, de la clarté ou du réalisme des objectifs, des contradictions dans les instructions données, du travail en horaire atypique, etc. Par conséquent, les exigences associées à l’exécution du travail peuvent être quantitatives (contraintes de temps), mais aussi qualitatives (complexité des tâches, responsabilités).

 

Les exigences émotionnelles

Elles correspondent aux exigences du travail émotionnel des salariés, qui consiste à maîtriser, voire façonner, ses propres émotions, tout en interagissant avec autrui, afin de se plier aux normes de l’entreprise. C’est le cas dans de nombreux secteurs d’activité où le relationnel occupe une place prédominante, comme la vente ou le médico-social. Ainsi le travail du salarié consiste-t-il autant à offrir des services qu’à afficher « la bonne émotion au bon moment ».

bonne-humeur-sourire-travail1

 

Le manque d’autonomie

Il renvoie à l’impossibilité pour le salarié d’être acteur de son travail et de sa vie professionnelle : il ne peut choisir sa façon de travailler, ni avoir une marge de manœuvre adéquate lui permettant d’acquérir/valoriser ses compétences.

 

Les rapports sociaux au travail dégradés

Ils correspondent aux relations interpersonnelles entre les salariés au sein de l’entreprise. Elles peuvent concerner plusieurs points : les relations entre collègues et la capacité du collectif à accepter des nouveaux venus ; le soutien de la hiérarchie et du collectif lors des difficultés rencontrées ; la civilité/violence régnant dans l’entreprise ; la reconnaissance du travail accompli par les salarié de la part de l’organisation et le degré de justice. Tous ces éléments permettent de renseigner sur le climat de travail, et plus précisément sur la qualité des relations interprofessionnelles qui s’y joue.

bien-etre-plaisir-actineo-femme-homme-egalite-diversite-riposte-verte

 

Les conflits de valeurs

Il s’agit de l’ensemble des conflits intrapsychiques causés par ce qui est exigé au travail, ou les moyens dont disposent les salariés pour l’exécuter, et les valeurs/normes professionnelles, sociales ou personnelles des salariés. Par exemple, il peut y avoir conflit de valeurs lorsqu’une tâche est imposée à un salarié, tandis que celui-ci la juge comme « inutile », ou ne lui permettant pas de réaliser un travail de qualité.

 

L’insécurité de l’emploi et du travail

Il comprend l’insécurité socio-économique liée à la situation de l’entreprise (par exemple, la peur de perdre son emploi, avoir des contrats précaires) et le risque de changement non-maîtrisé de la tâche et des conditions de travail (sentiment d’incertitude sur l’avenir de son métier).

 

Bien que ces nombreux facteurs puissent être difficiles à réguler, leur gestion s’apprend, s’investit. A cet égard, le parcours de formation KEY TO BE, de BEST OF TRAINING, se penche sur de telles problématiques. Grâce à des clés de compréhension en ce qui concerne le bien-être au travail et les risques psychosociaux, il offre la possibilité à chacun d’en saisir les enjeux et d’être formé à la gestion de tels facteurs de risques.

Au sein du Château de Chargé, centre de séminaires résidentiel de Touraine en rupture totale avec l’hyper-connectivité à laquelle nous sommes soumis au quotidien, la cadre de travail est propice à la réflexion, et permet de se focaliser sur les objectifs de formation proposés.

adgressus_osdroenae_laevorsum

 

Et si vous souhaitez en savoir plus sur ces facteurs de risques : Gollac, M., & Bodier, M. (2011). Rapport du Collège d’expertise sur le suivi des risques psychosociaux au travail, faisant suite à la demande du Ministre du travail, de l’emploi et de la santé.

Articles recommandés
Commentaires
pingbacks / trackbacks
  • […] valeur positive au travail. Il ne s’agit plus seulement de limiter les risques psychosociaux ou autre facteur pathogène pour le salarié, mais de mettre en place un environnement de travail qui favorise le […]

Ajouter un commentaire